En tant que personne sensible aux questions écologiques dans mon quotidien, je me suis demandée comment appliquer des principes écologiques à mon activité de graphiste, afin de réduire au mieux mon impact négatif sur l’environnement.
Cela fait plusieurs mois que je réfléchis à cette question. Voici donc l’ensemble de mes réflexions à ce sujet, à leur stade actuel – je suis évidemment loin d’être arrivée à une liste exhaustive d’actions et de pratiques à mettre en place, tant il y a toujours à apprendre et à connaître !

L’amont du projet

Une première démarche selon moi est d’informer le client de ces problématiques. En effet, s’il est lui-même déjà sensibilisé aux questions environnementales dans sa propre activité, il l’est peut-être moins quand il s’agit de sa communication.
La communication étant indispensable à toute entreprise ou association, sous une forme ou une autre, il conviendra donc de se demander avec le client comment répondre au mieux à son besoin, tout en restant dans une démarche responsable et consciente.
Cela se matérialise notamment par une réflexion autour de la réelle nécessité de telle ou telle production graphique : est-ce vraiment indispensable d’imprimer un flyer en 5000 exemplaires chez un imprimeur en ligne bas de gamme et sans démarche écologique – mais moins cher ?
Il s’agira donc d’accompagner le client pour penser sa campagne de communication (visuelle dans notre cas) de manière pérenne, durable, respectueuse de l’Humain et, bien sûr, de l’environnement.

Pendant la création

Vient ensuite la problématique du cœur du métier de graphiste : la création.
En effet, l’on peut sûrement, a minima, réduire sa consommation d’énergie pendant le processus technique de création de fichiers (la création d’un concept et la formalisation d’idées n’étant, a priori, pas un vecteur de pollution, et heureusement !).
Dans l’idéal donc, on peut essayer de créer des fichiers les moins gourmands en ressources possible : limiter leur poids en optimisant les images utilisées par exemple, penser à l’économie d’encre qui peut être faite en évitant trop d’aplats de couleurs, ne pas utiliser d’encre Pantone (les fluos et argentés ou dorés étant très polluants), etc.
L’application de principes du minimalisme à la création graphique dont je parlais ici peut faire partie de cette démarche.
Évidemment, il s’agit de trouver un juste milieu pour tout de même répondre au mieux à la problématique du client – ces démarches ne doivent pas se faire aux dépends du projet, mais en accord avec celui-ci.

Mise en production du projet

Lorsque le projet est validé, il rentre en production : il est imprimé dans le cas d’un support physique, ou diffusé sur Internet dans le cas d’un site par exemple.
Il convient donc de se demander comment faire entrer ce projet en production de la manière la plus éthique et écologique possible, en faisant appel à un imprimeur local et ayant lui-même une démarche écologique par exemple, ou en hébergeant le site chez un hébergeur écologique et en l’optimisant au mieux pour qu’il soit moins gourmand en énergie (son poids, l’optimisation des images, sa structure, son code, sa vitesse de chargement seraient des points à étudier dans ce sens).

Ce qu’il me reste à faire

Mon but est d’appliquer ce genre de démarche écologique globale à un maximum de projets de création graphique dans mon activité.
J’ai moi-même encore des étapes à franchir et des leviers à mettre en place pour réduire mon propre impact : mon site internet par exemple est loin de remplir mes critères, tant au niveau de son poids que de l’hébergement ! Il en va de même pour mon e-book dont je pourrais certainement réduire le poids… L’occasion d’en faire une deuxième version plus aboutie ?
Enfin, je n’ai évidemment pas de solution à 100% neutre en terme d’empreinte carbone, mais il existe finalement déjà beaucoup de leviers à mettre en place et une réflexion à continuer à mener !

Et vous, vous posez-vous ces questions de comment réduire votre impact dans votre activité professionnelle, et avez-vous trouvé des idées à mettre en place ?

Par ailleurs, si l’idée de communiquer de manière éthique et écologique est en phase avec vos valeurs, n’hésitez pas à télécharger notre e-book en entrant votre mail ci-dessous (garantit sans spam) !