J’ai mis un peu de temps avant de me mettre à la rédaction de cet article, car ma vie en ce moment n’est qu’un bouillonnement un peu flou d’idées et d’actions à mettre en place (flou lui-même ponctué par des projets clients que je me dois d’assurer également), pour faire évoluer mon activité dans le bon sens.

Cela dit, j’essaie de suivre au mieux les merveilleux conseils que je glane sur la chaîne YouTube The Futur, tout en remettant de l’ordre dans tout ça.
Je vais donc tenter de restituer ce processus par ici le mieux possible !

I. Ma propre stratégie

Pour le bon développement d’une entreprise ou d’une marque, cette dernière se doit de mettre au point diverses stratégies : stratégie de communication, stratégie de marque, stratégie de vente…
Habituée à parler à mes clients de leur stratégie de marque (qui déterminera entre autre leur identité visuelle), je me suis rendue compte que, moi-même, je n’avais jamais travaillé sur ma propre stratégie.
Bien sûr, j’y suis allée à l’intuition pendant longtemps, mais je ne me suis jamais réellement positionnée, je n’ai jamais mis de mots sur le problème que je propose de résoudre à mes clients, ni réfléchit concrètement à ma cible (ou alors pas de la bonne manière).
Donc, avant tout le reste, j’ai pris le temps de faire ce travail.
Cela a résulté dans la ré-écriture de tous les textes de mon site, la suppression de tous les projets qui ne servent pas mon propos de mon portfolio, et la reprise de ma communication sur les réseaux sociaux, que j’avais un peu délaissée.
Évidemment, c’est un work in progress, ma communication en terme de réseaux sociaux est loin d’être parfaite (j’ai d’ailleurs l’intention de faire appel à quelqu’un de spécialisé pour me conseiller, quand les finances le permettront), et j’ai besoin d’étoffer mon portfolio en projets qui portent et soutiennent mon propos. Mais c’est un bon début, et ça faisait longtemps que je ne m’étais pas sentie si alignée avec ma présence en ligne !

II. Les études de cas

Comme souligné dans le point I, j’ai besoin de retravailler mon portfolio.
La première étape a été de supprimer de mon site et d’autres réseaux (Behance, Dribbble) l’intégralité de projets qui n’étaient pas en phase avec ce que je propose. Exit donc les projets de webdesign et de supports imprimés, bonjour les projets de logo édifiés en projets complets d’identité visuelle.
Car oui, même si j’ai été, sur lesdits projets, juste commissionnée pour “faire le logo”, il y a en réalité évidemment tout un travail de recherche et de création d’identité qui a eu lieu derrière, mais que je n’avais pas vendu (et c’est à cela que je vais remédier dorénavant).
En ce sens, il était indispensable de mettre en valeur ces projets d’une nouvelle manière, afin d’exposer aux visiteurs potentiels de mon site les enjeux de chaque projet et les solutions trouvées. J’ai compris qu’il fallait expliciter tout cela par écrit, tout simplement car je ne suis pas dans la même pièce qu’eux pour leur expliquer chaque projet.
Il vaut mieux en rire, mais j’ai longtemps cru que les images se suffisaient à elles-mêmes… et j’avais tort évidemment. Les images démontrent des compétences techniques, mais le texte démontre une expertise. Et c’est mon expertise que je vends maintenant.
Au-delà de ça, après cette sélection drastique de projets, j’ai trouvé mon portfolio un peu vide (même si je suis partisane du moins mais mieux). Je m’attèle donc en ce moment à la création d’un ou deux projets fictifs qui viendront le compléter, l’idéal serait d’arriver à cinq projets complets en ligne. (Vous pouvez déjà voir un aperçu du prochain projet sur mon Instagram !)

III. Échanger, discuter

Je suis introvertie, et timide. Si j’ai aujourd’hui compris que le fait d’être introvertie n’est pas un défaut ni une faiblesse, et peut même être une force (article Leadership : les qualités insoupçonnées des introvertis), je pense que la timidité en revanche n’est vraiment pas une qualité quand on est entrepreneur·se.

Heureusement, en grandissant, j’ai arrêté d’avoir peur de la discussion et je me suis ouverte à mes semblables… Mais très difficilement dans l’univers professionnel.
Je sais que c’est une grosse lacune que j’ai, la difficulté à aller vers les autres, à rencontrer, discuter et échanger. Et c’est certainement le point le plus crucial à améliorer chez moi, si je veux arriver un jour là où je souhaite arriver avec mon activité et mes valeurs !
Bon, pour l’instant, comme je suis coincée chez moi à cause de ma cheville cassée, j’essaie déjà petit à petit de plus interagir avec des gens sur les réseaux sociaux, d’entamer des conversations, de répondre à des stories sur Instagram… Ça vous paraît peut-être anodin mais pour moi cela demande déjà un gros effort !
Prochaine étape, quand je pourrai marcher : sortir, aller travailler dans des cafés, discuter avec les commerçants, les clients qui sont ouverts à la rencontre, bref, sociabiliser dans le seul but de sociabiliser. Il ne s’agira pas ici de vendre mes prestations, mais simplement d’apprendre à aller vers les gens et à créer du lien. Ce conseil vient aussi de la chaîne The Futur et je le trouve étrangement accessible, même si cela ne sera certainement pas facile et que je me ferai sûrement violence pour y arriver !

IV. Apprendre

Je l’ai déjà évoqué plusieurs fois, mais en ce moment je dévore les vidéos de la chaîne The Futur. De la création d’identité visuelle (série Building a brand) au creative business development (coaching de Melinda, coaching de Rebecca), cette chaîne YouTube est l’interrupteur qui m’avait fait défaut jusqu’ici : elle m’a fait entrevoir ce que je pouvais réellement faire avec mes compétences, et surtout, comment y arriver. Je ne saurai que trop vous conseiller d’y jeter un œil si l’anglais ne vous fait pas peur et si vous êtes entrepreneur·se créatif·ve (les propos évoqués dans ces vidéos s’appliquent au marché californien qui a l’air assez différent du marché français, mais ça reste une source d’apprentissage gratuite incroyablement qualitative) !
Par ailleurs, j’écoute aussi le podcast Let’s Talk Branding, de supers interviews concernant, vous l’aurez deviné, le branding au sens assez large, et c’est passionnant.
Côté entreprenariat, et en français cette fois, les podcasts Young, Wild & Freelance et La Cohorte m’accompagnent régulièrement également.
Bref, vous l’aurez compris, mon repositionnement et ma remise en question ont donné naissance à une soif insatiable de connaissances. Le temps que je passais avant à regarder des vidéos rigolotes, à trainer sur Instagram ou à angoisser sur le dérèglement climatique, je le passe maintenant à ingurgiter tous ces conseils, ces notions, ces connaissances et c’est génial et surtout bien plus utile…

V. Construire une communauté

Enfin, s’il y a une chose que je retiens des entrepreneur·se·s qui ont une présence en ligne, c’est qu’avant de vendre et de décoller, ils construisent une communauté, et pour cela, ils donnent. Conseils, freebies, retour d’expérience… Ils partagent avec les gens qui les suivent des ressources gratuites qui leur permettent ensuite d’échanger avec eux, d’asseoir leur expertise et d’instaurer une réelle relation de confiance avec leur communauté.
Plus la communauté grandit et plus vous êtes “connu·e”, plus les potentiels clients risquent de vous trouver et donc de faire appel à vous (si tant est que vous ayez bien axé votre stratégie de communication et de référencement dès le départ).
J’ai envoyé un mail à Melinda Livsey à ce propos, et elle m’a redirigé vers un webinar qu’elle avait donné à ce sujet (Lead Gen for creative introverts, disponible ici). Là encore, j’ai énormément appris. C’est encore un peu frais, mais j’applique petit à petit ses conseils du mieux que je peux pour, à mon tour, apporter de la réelle valeur aux gens qui me suivent ou qui me suivront, et ainsi développer ma présence en ligne !

Vous l’aurez compris, tout cela est un travail de très longue haleine… Que j’aurais du faire idéalement il y a longtemps, mais bon, il faut croire que je n’étais pas prête !

Bon, je pense que ce troisième (et long !) chapitre clôt ma petite série d’articles sur le sujet de mon activité et de mon repositionnement. Pour constater les changements déjà faits et suivre les prochains, je vous invite à visiter les autres pages de mon site, sur lequel vous vous trouvez, et à me suivre sur Instagram !

J’aborderai les questions d’éthique dans un prochain article, il faut juste que je trouve la bonne manière de le faire 🙂

À très bientôt,

Judith